La Norvège : terre de sport

Petit pays mais grande nation. C’est ce que l’on peut dire de la Norvège sur les terrains de sport. Même si elle n’est pas au même niveau de performance des Etats-Unis, de la France ou de l’Allemagne, elle est une véritable puissance sportive si l’on compare les résultats de ses athlètes par rapport à sa population. Avec seulement 5 millions d’habitants, elle concurrence les grands pays de ce monde dans beaucoup de disciplines sportives. Et si elle en arrive là, c’est surtout grâce à la place qu’a le sport dans la culture norvégienne.

D’après les dernières études, 83% des Norvégiens de plus de 16 ans prétendent faire une activité sportive au moins une fois par semaine. Cette place que leur culture laisse au sport à un nom : « breddeidrett ». Composé des mots « bredde » (largeur) et « idrett » (sport), ce terme désigne la pratique du sport par tous dans un but autre que la performance et la compétition. Par opposition au « toppidrett », qui se rapporte au sport de haut niveau, le « breddeidrett » s’adresse à l’ensemble de la population, mais aussi et surtout à la jeunesse. La plupart des enfants pratique un sport dans un club, qui n’est pas forcément affilié à un établissement scolaire. En général, bien qu’il y ait des compétitions, il n’existe pas de classement avant l’âge de 12 ans pour que le sport demeure un plaisir avant d’être une confrontation. Comme à l’école, où l’enseignement est centré sur les capacités et les priorités des élèves et non imposé d’après un objectif commun, l’activité physique se veut épanouissante en se basant sur la motivation et l’autonomie des enfants. Ainsi, au-delà de la volonté des parents et des professeurs, ils décident eux-mêmes des sports qu’ils souhaitent pratiquer et de la fréquence et de l’intensité de leurs entraînements.

Une fois devenus grands, certains d’entre eux passent du loisir au haut niveau. Le ski étant le sport le plus populaire, c’est lui qui rapporte le plus de bons résultats à la Norvège. On dit d’ailleurs que les Norvégiens sont nés avec des skis aux pieds. C’est aussi en Scandinavie que l’on retrouve les plus anciennes preuves que l’homme skiait déjà il y a près de 5 000 ans. Moyen très pratique de se déplacer en hiver, le ski rentra rapidement dans la culture populaire. Plus tard, au milieu du XIXème siècle, Sondre Norheim révolutionna sa pratique. Il inventa une variante du ski et la baptisa télémark, en hommage au comté du même nom dans lequel il l’avait créée. Ensuite, celle-ci donna naissance aux disciplines modernes que sont le ski de fond, le saut à ski et le ski alpin. La maison de Sondre Norheim, située dans le village d’Øverbø, dans la vallée de Morgedal, est depuis devenue un lieu de pèlerinage pour tous les amoureux du ski.

Et comme si l’hiver ne suffisait pas, une station de ski couverte vient d’être inaugurée à Lørenskog, tout près d’Oslo. Baptisée SNØ (« neige » en norvégien), elle dispose de 36 000 m² de pistes enneigées, où l’on peut faire du ski alpin, du snowboard et du ski de fond. Praticable toute l’année, elle a été dessinée par le cabinet d’architectes Snøhetta, lequel lui a donné un design moderne et ambitieux, inspiré de la transformation de l’eau en neige et en glace. On y trouve également une salle de sport, des restaurants et des boutiques. Adaptée à tous les niveaux, elle compte ravir tout le monde.

Le ski est si important pour les Norvégiens que lorsque Haakon VII fut choisi pour être roi en 1905, ce prince danois reçut le conseil de faire du ski afin de gagner sa popularité en plus d’être légitime de porter la couronne, ce qui était déjà acquis de par ses ascendances. Son fils Olav V, souverain du royaume de 1957 à 1991, se mit naturellement sur les skis et a même sa statue pratiquant son sport préféré, érigée sur le site de Holmenkollen, dans la banlieue d’Oslo (photo en une). Désormais, Harald V, le roi actuel, fait régulièrement honneur aux sports d’hiver par sa présence à Holmenkollen lors des compétitions internationales.

Aujourd’hui, la Norvège est la nation phare des Jeux Olympiques d’hiver. Depuis la création de ceux-ci en 1924, elle détient le record de médailles gagnées avec un total de 368 récompenses, dont 132 en or. Elle devance des pays comme l’Allemagne, les Etats-Unis, le Canada ou la Russie, tandis que la France ne compte « que » 124 médailles et se place hors des dix meilleures nations. En 2018, à l’occasion des Jeux de PyeongChang, la Norvège a même battu le record de médailles remportées en une seule édition. Les sportifs norvégiens ont ainsi ramené 39 récompenses, pour 14 en or, et permis à leur pays de terminer en tête du classement des médailles, juste devant l’Allemagne avec 14 titres également. Aussi, l’athlète la plus médaillée est la Norvégienne Marit Bjørgen, qui, en ski de fond, est montée entre 2006 et 2018 sur 15 podiums olympiques pour 8 titres. Elle devance au palmarès deux de ses compatriotes : le biathlète Ole Einar Bjørndalen (13 médailles dont 8 en or) et le fondeur Bjørn Dæhlie (12 médailles dont 8 en or). De plus, les JO d’hiver se sont tenus en Norvège à deux reprises, en 1952 à Oslo et en 1994 à Lillehammer. Ces derniers étant considérés comme les plus beaux jamais organisés dans l’histoire de l’olympisme.

Cependant, en terme de licenciés, c’est le football qui a l’avantage, avec près de 400 000 pratiquants inscrits dans un club, dont beaucoup de filles. Il y a des terrains de football dans presque toutes les localités du pays, lesquels sont parfois entourés de somptueux paysages. L’équipe nationale de Norvège, qui n’a comme seul fait d’arme une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de 1936, a connu quelques heures de gloire, notamment dans les années 90, lorsqu’elle a atteint la deuxième place au classement FIFA en 1993 et 1995 et participé à la coupe du monde en 1994 et 1998. Cette année-là, elle avait battu le Brésil 2 buts à 1 en phase de poule avant d’être éliminée en huitième de finale par l’Italie 1 à 0. En revanche, la sélection féminine a un palmarès bien plus étoffé avec une coupe du monde (1995), un championnat d’Europe (1987 et 1993) et un sacre olympique (2000). Régulièrement parmi les meilleures nations au monde encore aujourd’hui, elle peine quand même à regagner des trophées.

Quant au championnat norvégien, s’il n’est pas d’une grande qualité comparé à certains de ses voisins européens, il est le cadre de jeu d’un club souvent redouté par ses adversaires internationaux. Rosenborg, l’équipe de la ville de Trondheim, a fait trembler de nombreux grands clubs d’Europe par son jeu physique et engagé sans que cela n’ait été toutefois suffisant pour l’emporter et dépasser le premier tour de la Ligue des Champions. Club le plus titré de Norvège, il est aussi l’un des plus populaires du pays. Mais c’est le championnat d’Angleterre qui obtient le plus la faveur du public. Les matches de Premier League sont fréquemment diffusés à la télévision, tandis que les équipes les mieux suivies sont Liverpool et Manchester United. C’est également dans le championnat anglais que la plupart des meilleurs joueurs norvégiens a évolué, dont Ole Gunnar Solskjær, John Arne Riise et John Carew.

L’autre sport collectif qui jouit d’une grande popularité est le handball. Porté par une sélection féminine performante, il a rapporté à la Norvège de nombreux sacres. Les handballeuses norvégiennes ont ainsi remporté sept championnats d’Europe entre 1998 et 2016, trois championnats du monde (1999, 2011 et 2015) et deux médailles d’or olympiques (2008 et 2012). Elles ont, de plus, été détentrices des trois titres majeurs de 2011 à 2012, ce qui constitue un rare exploit. Dans le sillage de leurs homologues féminines, les handballeurs se sont récemment hissés en haut de la hiérarchie mondiale après n’avoir longtemps joué qu’un rôle de figuration. Dans la foulée d’une quatrième place au championnat d’Europe en 2016, ils ont été à deux reprises vice-champions du monde en 2017 et en 2019. En 2020, ils ont décroché leur première médaille de bronze dans un championnat d’Europe.

Si le hockey sur glace et le volley-ball de plage sont aussi des sports collectifs très appréciés, ce sont, à l’instar du ski, les sports individuels qui ont la cote. Une préférence que l’ont doit sûrement au friluftsliv, ce mode de vie qui vante les activités de plein air. Ainsi, des champions norvégiens se sont illustrés et s’illustrent toujours en athlétisme, en cyclisme, en triathlon ou bien en course d’orientation. Sans être nombreux par rapport aux nations concurrentes, notamment dans les trois premières disciplines, ils ont souvent compté parmi eux des athlètes de classe mondiale. En athlétisme, la marathonienne Grete Waitz, les lanceuse et lanceur de javelot Trine Hattestad et Andreas Thorkildsen ou le coureur de 400 m haies Karsten Warholm ont tous décroché des titres mondiaux ou olympiques. En cyclisme, Thor Hushovd a été champion du monde, Alexander Kristoff a gagné quelques unes des plus belles classiques et Gunn-Rita Dahle Flesjå a longtemps dominé le VTT féminin. Kristian Blummenfelt et Gustav Iden sont des triathlètes de haut rang, tandis que la Norvège est régulièrement une des meilleures nations lors des compétitions internationales de course d’orientation.

De plus, la Norvège étant aussi bien entourée que recouverte d’eau, il est relativement facile de faire du canoë-kayak, de l’aviron et de la voile. Ces disciplines ont rapporté des médailles aux Norvégiens, dont un titre olympique en 1928 à Amsterdam en voile, grâce à l’équipage du voilier Norna, où figurait le prince héritier Olav, futur roi. Son fils Harald, également navigateur passionné, représenta son pays à trois occasions lors des Jeux Olympiques de 1964, 1968 et 1972. La voile est même le sport ayant rapporté le plus de médailles d’or aux JO d’été avec 17 titres pour un total de 31 récompenses, juste devant le tir avec 13 titres pour 32 podiums. L’athlétisme suit au palmarès (7 titres/30 podiums), devant le canoë-kayak en ligne (6 titres/15 podiums) et l’aviron (3 titres/16 podiums).

Dans des domaines très différents, la course automobile, par exemple, a été représentée sur la scène internationale par Petter Solberg, champion du monde de rallye en 2003 et de rallycross en 2014 et 2015. Depuis, Mads Østberg ou bien Andreas Mikkelsen ont pris sa suite sur les rallyes du monde entier. Quant aux échecs, Magnus Carlsen en est un des grands maîtres actuels, sacrés plusieurs fois champion du monde. Son talent et sa popularité ont ainsi contribué à faire éclore la pratique du jeu d’échecs chez beaucoup de jeunes Norvégiens.

Enfin, retour sur le ski avec un dernier constat : bien que la Norvège soit un domaine skiable entier à elle seule, certaines régions sont plus prolifiques en champions que d’autres. Ainsi, le comté de Trøndelag, autour de Trondheim, est la région la plus pourvoyeuse de skieurs avec celles d’Oslo et Lillehammer. Dans ce comté de tradition agraire et forestière du centre du pays, les habitants travaillent et se déplacent à skis depuis des siècles, surtout à la campagne et dès le plus jeune âge. Ils se forgent des capacités à l’effort solitaire et à la résistance à la douleur qui sont bien utiles aux skieurs de haut niveau. Beaucoup de champions du Trøndelag sont même originaires de petits villages isolés, où l’on apprend tôt à se débrouiller seul. En revanche, Bergen est le berceau de nombreux patineurs de vitesse, tandis que le Sud est plus propice à donner des coureurs cyclistes.

Mais une chose est sûre : toute la Norvège aime le sport. Et à tous les niveaux. Ainsi, chaque année au début du mois de janvier, le Gala du sport, ou « Idrettsgallaen », qui remet les trophées des sportifs de l’année, est honoré par la présence du premier ministre et d’autres membres du gouvernement. Une preuve de plus que le sport est une culture nationale.

4 commentaires sur « La Norvège : terre de sport »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s