Le kofte, le costume sami

Le kofte est le nom norvégien pour désigner le costume traditionnel des Samis, les habitants autochtones de la Laponie. Dans la langue des Samis, on l’appelle différemment en fonction de la région. Ainsi, pour les Samis du Nord, on dit « gákti », pour les Samis de Lule, on parle de « gáppte », alors que les Samis du Sud le désignent par « gapta » ou « gåptoe ». A l’instar du bunad, le costume traditionnel norvégien, le kofte varie selon les localités d’où il est originaire. Il change de couleur, de forme et de motifs en fonction de la commune ou du district où il est porté. Les comtés de Norvège où vivent les Samis sont les plus septentrionaux du pays, c’est-à-dire le Trøndelag, le Nordland et le Troms og Finnmark (anciennement les comtés de Troms et de Finnmark avant leur fusion).

En général, le kofte se compose d’une tunique (« kofte » signifie « tunique » en norvégien) à manches longues et serrée à la taille par une ceinture. Pour les femmes, elle est toujours plus longue que pour les hommes. Le bonnet est également différent pour les femmes et les hommes, ces derniers portant souvent des bonnets à pointes, comme le bonnet « aux quatre vents ». Sous la tunique, on vêtit un pantalon pour les messieurs ou un collant pour les dames. Quant aux chaussures, elles sont appelées « skaller » et sont généralement confectionnées en peau de renne, mais aussi en cuir. Elles ont la pointe relevée et sont décorées de pompons et de bandes colorées et enroulées autour de la cheville.

La tunique, la ceinture et le bonnet sont agrémentés de broderies d’après des motifs très précis, tandis que l’on peut rajouter une aumônière ou des moufles en peau ou en laine et, spécialement pour les femmes, une large broche en argent sur la poitrine ou un châle à franges sur les épaules. Le kofte est traditionnellement confectionné en peau et en laine, mais il existe aujourd’hui des variantes en coton et en soie. De plus, il est une vitrine de l’artisanat traditionnel sami : le duodji. Utilisant des matières naturelles, comme le bois, l’os et le métal, cet art populaire régit la production d’objets du quotidien.

Selon son style, le kofte présente l’origine géographique, le parcours religieux et le statut marital de celui ou celle qui le porte. Il est aussi un moyen de communication, car certains détails sont porteurs de divers messages. Par exemple, lors d’un mariage, les femmes peuvent retourner leur bonnet pour exprimer leur désaccord envers l’union célébrée. Si pour un kofte de la même localité, les couleurs peuvent changer d’un exemplaire à l’autre, on le reconnaît surtout à sa coupe et ses motifs. Enfin, il peut s’arborer tous les jours, mais aussi lors de grandes occasions, comme une fête religieuse ou un évènement exceptionnel (mariages, festivals, réunions culturelles…).

La photo en une a été prise au Parlement Sami (Sametinget/Sámediggi) de Karasjok et réunit les députés élus pour la période 2013-2017. Kenneth Hætta

Le site Samiske Veivisere (Sami Pathfinders) propose un inventaire des différents kofter de Norvège, mais aussi de Suède, de Finlande et de Russie. Certains des kofter norvégiens sont à découvrir ci-dessous. Les modèles sont de jeunes samis, appelés « éclaireurs », engagés chaque année à promouvoir la culture samie dans les écoles.

Le bonnet à quatre pointes porté par les hommes est un bonnet dit « aux quatre vents ». Il est réservé aux hommes ayant passé leur confirmation.

Kofte de Sør-Varanger (Mátta-Várjjat), comté de Troms og Finnmark, Samis du Nord

Kofte d’Ofoten og Sør-Troms (Ufuohttá ja MáttaRomsa), comtés de Nordland et de Troms og Finnmark, Samis du Nord

Les Samis de Pite et d’Ume peuvent être apparentés aux Samis de Lule, lesquels forment une communauté plus importante en Norvège.

Kofte de Snåsa (Snåasa), comté de Trøndelag, Samis du Sud

Kofte de Røros (Plaassje), comté de Trøndelag, Samis du Sud

Eclaireurs pour l’année 2020-2021 : Vibeke Persen (21 ans, Tana), Lemet Johanas Nystad (22 ans, Karasjok), Mirja Cicilia Andersson Renander (19 ans, Rennebu, Trøndelag) et Elle Rávdná Näkkäläjärvi (20 ans, Kautokeino)

Un commentaire sur « Le kofte, le costume sami »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s