Slow-TV, quand la télé prend son temps

Dans un monde où tout va de plus en plus vite, la télévision norvégienne prend le contre-pied de la société et propose depuis quelques années maintenant des programmes de slow-TV, ou télévision lente. Ce concept télévisuel désigne des émissions au rythme très lent, généralement celui de la réalité, sur le thème de la nature et du voyage, mais pas seulement. Ce sont souvent des trajets en train ou en bateau à vitesse réelle et retransmis en direct ou en différé dans les conditions du direct. Ces programmes durent évidemment très longtemps, d’une petite dizaine à plusieurs centaines d’heures, sans coupures publicitaires ni autres interruptions.

Le premier programme de slow-TV, ou sakte-TV en norvégien, a été diffusé en 2009 sur la NRK, la chaîne de télévision publique. Il s’agissait du trajet du train entre Bergen et Oslo (Bergensbanen – minutt for minutt) sur une durée totale et ininterrompue de sept heures. Tourné en été, le programme a été proposé sur NRK2 le 27 novembre 2009 à l’occasion du centenaire de la ligne ferroviaire de Bergen. L’émission était entrecoupée d’interviews de passagers, de conducteurs de train, d’employés et d’historiens, ainsi que d’images d’archives, notamment lorsque le train passait dans les très nombreux tunnels qui jalonnaient le parcours.

On estime que 176 000 téléspectateurs ont suivi le programme, tandis que 1,2 million de personnes l’ont au moins regardé une fois pendant sa diffusion, soit près de 20% de la population. Même les médias étrangers se sont intéressés à ce phénomène et ont permis au programme d’être vu partout dans le monde. Avec ce succès, la NRK a produit d’autres programmes, toujours plus ambitieux.

En 2010, les trains ont encore été mis à l’honneur avec les diffusions de Bybanen i Bergen et de Flåmsbana, deux trajets beaucoup plus courts (moins d’une heure) mais qui ont connu le même succès. Par exemple, le train de Flåm est une ligne touristique de 20 km à flanc de montagne, dont le trajet a été suivi par près de 500 000 téléspectateurs, soit 40% de part de marché.

A partir de 2011, ce sont les bateaux qui ont eu leurs heures de gloire, avec d’abord la diffusion du trajet de l’Hurtigruten, le célèbre express côtier qui longe les côtes de la Norvège de Bergen jusqu’à Kirkenes. Les téléspectateurs ont alors pu embarquer à bord du MS Nordnorge (photo en une) pour un voyage immobile de 134 heures, commencé le 16 juin à 19h45. Onze caméras fixes et mobiles ont ainsi filmé le périple du bateau. Pendant les cinq jours et demi que durait la diffusion, des millions de Norvégiens ont été réunis devant leur télévision, dont un cumul de 2,5 millions lors du weekend du 17 au 19 juin, soit près de la moitié de la population. Un pic de 692 000 curieux a aussi été atteint le dimanche à 23h45, quand, sous le soleil de minuit, le bateau arrivait à Trollfjord, aux îles Lofoten. C’est à ce jour le programme le plus regardé de l’histoire de la télévision norvégienne.

En 2012, le programme Lakseelva – minutt for minutt présentait du 31 mai au 1er juin, soit pendant 24 heures, le premier jour de la pêche au saumon dans une rivière du comté de Trøndelag. Puis, le 26 août, c’est une croisière sur le canal du Telemark (Telemarkskanalen – minutt for minutt) qui a été diffusée pendant 12 heures. Enfin, le 29 décembre, le train du Nordland (Nordlandsbanen) est parti de Trondheim jusqu’à Bodø pour un trajet de près de 10 heures de part et d’autre du cercle polaire arctique. Ces trois programmes ont à chaque fois attiré plus d’un million de téléspectateurs cumulés, pour des parts de marché atteignant jusqu’à 30%.

L’année suivante, a été proposé l’un des programmes de slow-TV les plus retentissants. En effet, le 15 février, le Nasjonal vedkveld présentait un feu de cheminée pendant huit heures sans interruption, vu par près d’un million de téléspectateurs. Dénotant par rapport aux thèmes précédents, ce programme a fait parler de lui bien au-delà des frontières norvégiennes.

Toujours en 2013, une croisière entre Oslo et Kirkenes puis retour à Oslo (Sommerbåten) a été diffusée ponctuellement du samedi 22 juin au dimanche 10 août pour un total de 379 heures cumulées. Programmée dans le cadre de l’émission de divertissement estivale Sommeråpent, elle proposait des concerts donnés depuis un bateau de croisière partout en Norvège ainsi que les trajets effectués tous les jours de port en port. Enfin, le 1er novembre, était diffusé le Nasjonal strikkekveld, un marathon de tricot de 12 heures.

En 2014, le professeur Frank Aarebrot a donné le 28 février une conférence de 200 minutes sur les 200 dernières années de l’histoire de la Norvège. Puis, du 9 au 10 mai, pour la commémoration du bicentenaire de la signature de la constitution, une cinquantaine d’historiens a participé à une conférence de 24 heures sans interruption.

Dans un autre style, le 25 mai, l’émission Piip-show a filmé pendant 14 heures un nichoir et les oiseaux qui s’y activaient. Puis, du 28 au 30 novembre, le programme Salmeboka – minutt for minutt a permis à près de 200 chœurs de chanter pendant 60 heures les cantiques de l’Eglise de Norvège. La plupart des chants a été diffusée depuis l’église Våre Frue de Trondheim. Un total de 2,2 millions de téléspectateurs a regardé au moins une fois l’émission lors de sa diffusion.

Vidéo de Visit Norway sur la slow-TV

Le 9 avril 2015, le professeur Frank Aarebrot a réitéré l’expérience et ainsi donné une conférence de 200 minutes sur la Seconde guerre mondiale et l’occupation allemande de la Norvège. La même année, le programme Sommerbåten reprenait le concept de la croisière divertissement, du samedi 21 juin au dimanche 15 août.

En 2016, la croisière du détroit de Saltstraumen était mise à l’honneur le 7 mai pendant 12 heures. Elle permettait, entre autres, d’admirer le Saltstaumen, un puissant tourbillon près de Bodø. Puis, c’est le Skibladner, un bateau à vapeur du lac Mjøsa, qui a eu son émission de slow-TV à l’occasion des 160 ans de sa mise en service. Enfin, une nouvelle fois Frank Aarebrot a donné une conférence, cette fois-ci sur les élections présidentielles américaines. La même année, un travers de porc a été filmé en train de cuire pendant 7 heures.

En 2017, une transhumance de rennes a été diffusée en continu du 24 avril au 3 mai, laquelle partait du Finnmark et arrivait sur l’île de Kvaløya, près de Hammerfest. Puis, quand est venu l’été, le programme Sommertoget succédait aux croisières et proposait un long voyage en train à travers la Norvège, du 27 juin au 19 août, ponctué d’émissions de divertissement et de voyages de gare en gare. Enfin, après les voix ferrées et les lignes maritimes, c’est une route de montagne qui a été pour la première fois mise à l’honneur avec un trajet en direct sur la Besseggen, située dans le massif du Jotunheim.

L’année suivante, du 15 au 16 juin, le célèbre compositeur norvégien Edvard Grieg a vu ses plus grandes œuvres être jouées pendant 30 heures d’affilée par plus de 600 musiciens, professionnels et amateurs. En tout, ce sont 74 morceaux qui ont été interprétés depuis des salles de spectacle à Bergen, Oslo et Hamar. Toujours en 2018, du 12 juillet au 5 août, l’émission Sommeråpent se déclinait en mode randonnée et suivait l’aventurier Lars Monsen dans ses pérégrinations à travers quatre sites en Norvège : le plateau du Hardanger, le massif du Jotunheim, les îles Vesterålen et la région d’Indre Troms.

En 2019, alors que l’on fêtait les dix ans de la slow-TV en Norvège, la NRK a diffusé en direct pendant 24 heures une horloge géante, installée dans la gare de Bergen et dont les chiffres étaient constitués de planches de bois. Ainsi, toutes les minutes, il fallait que les participants déplacent les planches pour changer les chiffres.

En 2020, un nouveau record a été établi avec un programme consacré au Svalbard, un archipel norvégien de l’océan Arctique. A l’occasion des cent ans du traité du Svalbard, qui assurait la souveraineté de la Norvège sur ce territoire, le bateau MS Spitsbergen en a fait le tour à l’été 2019, équipé de 17 caméras. Du 31 janvier à 18h au 9 février à 23h59, l’émission a alors été diffusée pendant 222 heures sans interruption, soit un total de neuf jours et six heures. En tout, près de 2,3 millions de téléspectateurs ont regardé au moins une fois le programme, un score qui confirme l’adhésion du public à ce concept. De plus, c’est à ce jour l’émission la plus longue jamais passée à la télévision.

La même année, après le bateau, le train et la randonnée, l’émission Sommerbilen embarquait en voiture pour partir à la découverte des plus belles routes pittoresques du pays. A travers son écran, on pouvait ainsi voyager à vitesse réelle sur les routes de Norvège.

Enfin, en 2021, les caméras et les animateurs de la NRK investissaient le voilier SS Statsraad Lehmkuhl au départ de Bergen pour un périple dans 30 ports norvégiens. Entre deux programmes, les téléspectateurs pouvaient suivre l’avancée du bateau comme s’ils y étaient.

Cet attrait des Norvégiens pour la slow-TV peut trouver ses origines dans leur culture, et particulièrement le friluftsliv. Ce concept, qui signifie « vie à l’air libre », sacralise les activités de plein air, comme la randonnée et le camping. Il permet de prendre le temps, de se ressourcer au contact de la nature et de profiter des petits bonheurs de la vie. Il laisse place à la contemplation, à la sérénité et à l’introspection. La slow-TV, quand elle est consacrée aux voyages et à la nature, transmet ces valeurs aux téléspectateurs. De plus, elle leur fait visiter leur beau pays et découvrir ce qu’ils pouvaient parfois ignorer.

Vidéo du trajet du train du Nordland diffusé par la NRK en 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s