L’église de Fantoft et autres sites

L’église de Fantoft est ce que l’on appelle en Norvège une église en bois debout (stavkirke). Construites par les Vikings suite à leur conversion au christianisme, elles sont antérieures à la Réforme protestante qui a vu le luthéranisme s’imposer dans toute la Scandinavie dès la Renaissance. Celle de Fantoft fut d’abord édifiée en 1150 à Fortun i Sogn avant d’être reconstruite à Fantoft en 1883. Malheureusement, le 6 juin 1992, un incendie ravagea complètement l’église, dont il ne resta plus que des cendres. En 1997, sa réplique exacte fut alors ouverte au public, lequel put ainsi découvrir ou redécouvrir ce témoin de l’histoire de la Norvège. Visitable durant la saison estivale, elle est facilement accessible par le tramway (bybanen).

2017-10-06-10-03-39.jpg

 

Bergenhus, qui se situe après Bryggen, est l’ancienne forteresse de Bergen devenue un parc fleuri et arboré. Elle est notamment composée d’un vieux mur d’enceinte et de deux bâtiments principaux : Håkonshallen et la Tour Rosenkrantz. Håkonshallen fut construit par le roi Håkon Håkonsson entre 1247 et 1261 pour en faire sa résidence, à l’époque où Bergen était la capitale de la Norvège. Quant à la Tour Rosenkrantz, elle fut érigée dans les années 1560 par le gouverneur Erik Rosenkrantz afin de défendre la forteresse et englobait deux constructions antérieures : le château du roi Magnus (1270) et l’atelier de Jørgen Hanssøn (1520). En haut de l’ancienne enceinte, aux côtés d’une rangée de vieux canons d’apparat, on trouve actuellement une statue du roi Haakon VII, qui à l’instar de Charles de Gaulle ou de George VI d’Angleterre, organisa depuis Londres la résistance de son pays face aux Nazis.

Site de Håkonshallen

Site de la Tour Rosenkrantz

2017-10-05 15.08.38

2017-10-05-15-13-32.jpg

2017-10-05 15.24.38.jpg

 

Festplassen est une esplanade où ont généralement lieu les évènements de plein air, comme des concerts ou les cérémonies des podiums lors des derniers championnats du monde de cyclisme qui se sont déroulés en septembre 2017 à Bergen. Festplassen est située à deux pas du Marché aux Poissons, entre le bassin de Lille Lungegårdsvann et le parc Byparken. Le bassin, qui doit son nom au bras de mer s’étirant au Sud de la ville (Store Lungegårdsvann), accueille diverses espèces d’oiseaux marins venant s’y reposer et se nourrir du pain dur que leur jettent les Bergenois. On y croise toute l’année des canards, des goélands et des mouettes, tandis qu’il faut attendre l’été pour voir les sternes rentrer de leur longue migration. Quant au parc, son pavillon fleuri en est son emblème principal, aux côtés de la statue du compositeur Edvard Grieg, l’enfant du pays. Lorsqu’il fait beau, de nombreux passants viennent s’asseoir sur les bancs profiter du soleil ou manger un sandwich.

2017-10-04 11.39.27.jpg

2017-10-04-10-27-24.jpg

2017-10-04-10-31-47.jpg

 

Infos pratiques et liens internet :

A goûter :

  • les fiskekaker (gâteaux au poisson typiques de Bergen) : à acheter dans une supérette ou chez les Søstrene Hagelin.
  • les skillingboller ou kanelboller (gâteaux roulés à la cannelle originaires de Bergen) : à acheter dans une supérette ou dans une pâtisserie.
  • le brunost ou gudbrandsdalsost (fromage de chèvre marron au goût caramélisé), le kaviar (pâte à base d’œufs de poisson en tube et à tartiner), le knekkebrød (pain plat croustillant aux céréales)…

Boutiques et magasins :

  • Norli : librairies où l’on peut acheter des livres souvenirs, des cartes postales et des timbres.
  • Narvesen : kiosques à journaux où l’on peut acheter des boissons, des encas et des timbres.
  • Rema 1000, Kiwi, Coop, Joker, Bunnpris, 7-Eleven : supérettes.
  • Xhibition (près de Festplassen) et Bergen Storsenter (près de la gare routière) : centres commerciaux.
  • A noter que toutes les boissons alcoolisées, sauf les bières, ne sont vendues que dans des magasins spécialisés contrôlés par l’État et appelés « vinmonopolet ».

Un peu de langue :

  • Le norvégien est une langue germanique du groupe scandinave, proche de l’allemand et de l’anglais. Elle descend, comme le danois, le suédois et l’islandais, du vieux norrois que parlaient les Vikings.
  • Il existe deux formes de norvégien : le bokmål (« langue du livre »), forme la plus répandue issue du danois, et le nynorsk (« néo-norvégien »), créé à partir de dialectes et parlé principalement à l’Ouest. Cependant, le bokmål reste compris dans tout le pays.

Prononciation des voyelles :

  • a : comme en français
  • e : généralement « é », sinon entre « é » et « e » en fin de mot
  • i : comme en français
  • o : généralement « ou », comme dans « loup »
  • u : entre « u » et « ou »
  • y : entre « u » et « i », sinon « y » comme dans « yack » après une voyelle ou entre deux voyelles
  • æ : entre « a » et « è », un peu comme dans l’anglais « cat »
  • ø : « eu » comme dans « creux »
  • å : « o » comme dans « beau », parfois écrit « aa »

Diphtongues

  • ai : « aï », comme dans l’anglais « my »
  • au : « eou »
  • eg : « eï »
  • egl : « eïl »
  • egn : « eïn »
  • ei : entre « eï » et « aï »
  • oi : « oï », comme dans l’anglais « boy »
  • øgn : « euïn »
  • øy (parfois « øg ») : comme dans le mot « œil »

Prononciation des consonnes :

  • b : comme en français
  • c : généralement dans les mots d’origine étrangère
  • d : comme en français, souvent muet en fin de mot
  • f : comme en français
  • g : toujours « gue », mais « y » devant « i », « ei », « y » et « øy », muet après « i » en fin de mot
  • gj : toujours « y », comme dans « yack »
  • h : toujours aspiré, mais muet devant « v » dans « hv » et « j » dans « hj »
  • j : toujours « y », comme dans « yack »
  • k : comme en français, mais comme un chuintement devant « i », « ei », « y » et « øy »
  • kj : comme un chuintement
  • l : comme en français
  • m : comme en français
  • n : comme en français
  • p : comme en français
  • q : généralement dans les mots d’origine étrangère
  • r : généralement roulé, plutôt grasseyé à l’Ouest
  • s : toujours « ss », mais généralement « ch » après un « r » ou devant un « l »
  • sk : « ch » devant « i », « ei », « y » et « øy »
  • skj : toujours « ch »
  • sj : toujours « ch »
  • t : comme en français, parfois muet en fin de mot
  • tj : comme un chuintement
  • v : comme en francais
  • w : « v », généralement dans les mots d’origine étrangère
  • x : « ks », généralement dans les mots d’origine étrangère
  • z : généralement dans les mots d’origine étrangère

Quelques éléments de vocabulaire :

  • Hei!/ Hallo! (heï/ hallo) : bonjour/ salut
  • Ha det (hadé) : au revoir
  • Ja/ nei (ya/ neï) : oui/ non
  • Takk (takk) : merci
  • Ja, gjerne (ya yèrne) : oui, volontiers
  • Nei, takk (neï takk) : non, merci
  • Unnskyld (unchul) : excuse(z)-moi
  • Jeg snakker bare litt norsk (yeï snakker bare litt norchk) : je ne parle qu’un peu norvégien

Dictionnaire norvégien-français

il_570xN.569592945_s5d7

 

Transports :

Musées :

Attractions :

 

2017-10-08 16.11.09

 

3 commentaires sur « L’église de Fantoft et autres sites »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s